à propos de l'oeuvre :
Golden Cage , 2017


à propos de l'artiste :

La photographie lenticulaire de Cécile Plaisance s'inscrit dans son époque et dans le mouvement mondial des droits des femmes.

S'inspirant des grands maîtres de la photographie - Avedon, Lindbergh, Newton ou Toscani, entre autres - Cécile Plaisance utilise l'impression lenticulaire pour permettre au spectateur d'habiller ou de déshabiller les modèles, vraies femmes, barbies, beautés idéalisées qui sont partout autour de nous. Mais cette fois-ci, les modèles, qu'ils soient humains ou poupées, ont une manière de regarder sans détour dans la caméra, comme pour réclamer leur droit à afficher leurs charmes, à séduire, à faire plaisir... c'est-à-dire à vivre de manière hédoniste, indépendamment de la religion, du regard masculin ou des frontières culturelles. Un hommage ludique à toutes les femmes avec l'humour de Cécile : c'est un constat !

Au fur et à mesure que la photographie de Cécile progressait, elle a lié Barbie aux femmes d'aujourd'hui - tout en jouant avec sa féminité, car l'icône a pris de nombreuses vies tout en jonglant avec son quotidien d'épouse, de mère, d'amie et d'amante. Elle faisait ce que toutes les femmes font et en profitait pleinement : elle flirtait dans sa décapotable, était sexy à la plage, était puissante en tant que cadre de sa propre entreprise, autonome, sans âge et, à la fin, seule comme peuvent l'être les belles femmes dans la vie, elle n'était plus une épouse de Stepford. Cécile a également ajouté de l'humour au mélange Barbie en ciblant les hommes qui attendent absolument du sex-appeal chez leur femme, même en assumant des responsabilités quotidiennes.

Au-delà du mythe de la femme comme objet, l'artiste élève l'idole de notre enfance collective en soutenant les défis des femmes d'aujourd'hui pour défendre leurs droits, leurs désirs et leur liberté durement acquise. Le manteau de la nonne et la burka d'une femme voilée suggèrent que derrière le personnage extérieur d'une femme, se cache une autre. Des subtilités complexes aux déclarations audacieuses, l'œil artistique de Cécile Plaisance les a toutes trouvées. Malgré les différences de cultures, de vêtements et de mode, et la diversité des chemins empruntés, les femmes aspirent à vivre pleinement et intensément leur vie aux multiples facettes et aucun taliban ne pourra jamais changer cela. En capturant l'essence de toutes les femmes dans le corps parfait d'une seule, l'artiste a créé un genre qui lui est propre tout en étant accessible à tous. Elle utilise la technique de la photographie lenticulaire par des images superposées : Barbie semble se déshabiller en fonction de la position de chacun devant la photo.

Et si Dieu était une femme ? "Fuck the rules" est sa dernière série de photos qui ignore les préceptes établis et propose plutôt une perspective ouverte dans laquelle hommes et femmes s'accompagnent religieusement, comme des âmes complémentaires. Loin des codes momifiés de la religion, Cécile Plaisance nous invite à une liberté des sens subtile et sensuelle, où la femme est vue comme une femme pape, maîtresse exclusive de ses propres décisions.

Golden Cage , 2017
Tirage Lenticulaire, encadré
Image : 70 x 57 cm

4271

N° INV plac_178
Edition de 2 AP + 8 exemplaires
Internet
Prix sur demande

Authentification

Signé et numéroté

Expédition

Expédition sous 7 à 10 jours. Pour des délais plus court, nous contacter.
Lors de la réception de votre commande, vous disposez de 14 jours pour vous faire rembourser ou échanger votre commande sans motif particulier, à condition que le produit n'ait souffert aucun dommage.

Questions ?

N'hésitez pas à contacter l'un de nos conseillers artistiques si vous avez une question sur l'oeuvre, l'artiste ou si vous souhaitez des suggestions pour débuter ou compléter votre collection. Vous pouvez nous joindre au 01 53 30 00 10 ou par email à cathy.bombard@enviedart.com