à propos de l'artiste :
ALBAN

Alban est inspiré par Rauschenberg et ses « Combines », et influencé par le Pop Art Américain et le Nouveau réalisme français. Durant ces dernières années, Alban a exploré plusieurs thèmes : « Les Carlingues » rapportées aux avions de guerre, « Les Métallos » provenant de sa fascination pour les machines industrielles et « Matières », qui est une recherche esthétique sur les textures et les couleurs.


« Je crois que mon inspiration est issue de l'enfance, j'ai grandi à proximité d'aéroports et de plateformes de forage, notamment en Afrique. Le matériel industriel m'a toujours fasciné. Bien que fonctionnel, il s'apparente parfois à de vraies oeuvres d'art. Ces objets nous racontent des histoires, pourvu qu'on sache les écouter. Les morceaux de métal seront les fossiles du monde moderne. Tout petit, je passais déjà mon temps à transformer mes jouets. Ils me paraissaient trop neufs, pas assez réalistes. J'ajoutais alors des tâches de kérosène autour des arrivées d'essence ou encore des traces de combustion sur les réacteurs. Très vite, je concevais et montais mes propres maquettes avec un souci de vérité. Les écoles d'art achevèrent de me donner une technique rigoureuse et plus variée. Comme j'ai exercé en parallèle la profession de décorateur dans l'audiovisuel, il m'a fallu du temps avant de dégager le principe de mes recherches : l'objet fantasmé. C'est un objet à la fois très concret mais qui n'a jamais existé que dans l'imaginaire collectif. Je fais appel à l'imagerie aéronautique des années quarante, synonyme d'aventure. Il y a toute une mythologie née de cette époque dont nous sommes encore héritiers via le cinéma par exemple. En fait, je puise mes sujets dans un passé irréel. Notre mémoire est truffée de scories historiques passionnantes. Prenez le pouce baissé de l'empereur romain ordonnant la mise à mort d'un gladiateur, cela n'a jamais existé et pourtant nous y croyons dur comme fer. De même, mes carlingues ne sont qu'illusion, celui qui acquiert mes pièces devient une sorte d'archéologue de l'imaginaire. J'utilise de l'acrylique sur une structure en bois. Je tiens beaucoup au volume du support et à la masse suggérée. A l'instar des effets de matière, cela confère une authenticité aux oeuvres qui semblent jaillir vers le spectateur. Cela permet aussi l'accrochage de choses inattendues censées peser des centaines de kilo.

Mon domaine n'est pas le vrai mais le vraisemblable. »

Squadron 427 /  ALBAN
Technique mixte sur bois
100 x 100 cm
pièce unique
4 758,35 $
1845
Tokyo /  ALBAN
Technique mixte sur bois
80 x 150 cm
pièce unique
5 551,40 $
1628
New year in Barcelone n°2, 2009 /  ALBAN
Technique mixte sur bois
120 x 150 cm
pièce unique
6 344,46 $
1597